• Vers une nouvelle gouvernance associative

    Imprimer

    Sans titre.jpg

    Vers une nouvelle gouvernance associative

    La révision des textes fondamentaux de l’APF.

    Le Conseil d’Administration a décidé d’engager une révision statutaire des textes fondamentaux de l’APF qui définissent ce que la loi 1901 appelle «le contrat d’association » et qui garantissent sa reconnaissance par les acteurs publics et privés.

    Trois textes fondamentaux sont principalement concernés :

    • La Charte APF
    • Les statuts de l’APF
    • Le règlement intérieur de l’APF

    Comme le prévoient les statuts de l’APF, tous les adhérents seront appelés à se prononcer sur les propositions de textes révisés. Ce sera en 2017.

    Les contributions seront enregistrées sur une plateforme dédiée http://nouvellegouvernance.apf.asso.fr

    Les objectifs de cette révision :

    • Prendre en compte les évolutions politiques, médiatiques, technologiques, juridiques pour être en phase avec son temps.
    • Consolider la démocratie associative pour une meilleure prise en compte de la parole militante.
    • Améliorer la transparence du fonctionnement interne au service d’une meilleure gouvernance, pour une stabilité juridique accrue et une plus grande fluidité de fonctionnement.
    • Préciser les voies de recours pour une démocratie responsable.

    Les étapes :

    • Mars à Septembre 2016 : Propositions et synthèse des orientations.
    • Octobre 2016 : Première version des textes révisés
    • Novembre 2016 à Février 2017 : Consultation des adhérents
    • Avril 2017 : Deuxième version des textes révisés
    • Mai à Juin 2017 : vote par correspondance des adhérents.
  • A Moulins, les personnes en situation de handicap moins bien considérées que des pots de fleurs ! Signez la pétition en ligne !

    Imprimer

    Le jeudi 3 novembre 2016

    Communiqué de presse

     

    A Moulins, les personnes en situation de handicap moins

    bien considérées que des pots de fleurs !

    Signez la pétition en ligne !

     

    2714668332.jpg

     

    La délégation de l’Association des paralysés de France (APF) de l’Allier se trouve aujourd’hui dans une situation ubuesque : la Mairie de Moulins lui refuse la mise en accessibilité de ses propres locaux !

    Alors qu’aucun obstacle ne s’oppose à l’installation d’une rampe extérieure pour accéder aux locaux de la délégation, c’est un refus incompréhensible que la mairie adresse à l’association.

    Depuis des mois, les nombreuses démarches et demandes de rendez-vous avec le maire de la ville, Pierre-André Périssol, restent sans effet. Pire, ce dernier, a envoyé les forces de l’ordre locales, jusqu’à deux fois par jour, pour demander à la délégation de retirer la rampe amovible de fortune ! Le fleuriste, voisin de la délégation, est lui plus chanceux, il dispose de deux rampes permanentes « indispensables pour sortir et rentrer les pots de fleurs » selon la Mairie.

    Face à cette grave atteinte aux libertés fondamentales des personnes, l’APF, extrêmement choquée et en colère, lance une pétition pour faire respecter la mise en accessibilité de ce local !

     

    La délégation APF, contrainte de déménager il y a quelques mois, a cherché en vain un local accessible. Elle a finalement porté son choix sur un local de plain-pied mais avec une marche à l’entrée et a déposé un dossier afin d’engager les travaux d’accessibilité, c’est-à-dire l’installation d’une rampe. Dès cet instant, la Mairie a refusé à la délégation la mise en accessibilité de ses locaux, alors qu’aucun argument technique ou architectural ne s’y oppose.

     

    La délégation APF a donc installé une rampe amovible, mais la Mairie a sommé les forces de l’ordre locales de demander à la délégation de retirer sa rampe de fortune, jusqu’à deux fois dans la même journée !

    Le comble est que le fleuriste, voisin de la délégation APF, possède lui deux rampes fixes « indispensables pour sortir et rentrer les pots de fleurs » selon la mairie… !

    Entre outre, la mairie a osé affirmer à la délégation APF ne pas pouvoir accorder l’installation d’une rampe, car elle devrait alors «  l’accepter à tous les commerçants ». Un comble…

     

    Les demandes de rendez-vous avec le Maire étant restées lettre mortes ou s’étant soldées par des échecs et face à cette situation de blocage pour la libre circulation des personnes en situation de handicap à la délégation, l’APF a décidé de lancer une pétition.

    L’APF demande à M. Périssol de bien vouloir respecter l’obligation d’accessibilité et d’autoriser dans les meilleurs délais la mise en place d’une rampe extérieure définitive permettant l’accès à la délégation.  

    L’APF a également saisi le Défenseur des droits pour lui faire part de cette situation ubuesque.

     

     

    L’APF rappelle que l’accessibilité concerne des millions de citoyens : personnes en situation de handicap, personnes âgées, parents avec poussettes, blessés temporaires, livreurs, cyclistes, etc. Refuser la mise en accessibilité d’un bâtiment, c’est nier à toutes ces personnes, leur liberté de d’aller et venir.