• En direct des cordées

    Imprimer

    L'histoire des cordées

    L'APF a été crée en 1933. Elle affirme dans sa Charte " son indépendance de tout parti politique et de toute religion." Les Cordées existent depuis sa création. Voilà donc plus de 70 ans que l'écriture rythme les échanges entre les personnes qui ont choisi le partage des mots, des idées et des amitiés.

    Le principe d'une cordée APF est simple : un petit groupe de correspondants s'écrivent. Chacun lit les messages des autres, y répond ou livre ses impressions du moment.

    Les cordées ne sont pas un site de recherche de partenaires. Ce n'est pas non plus un forum traditionnel. Ce lieu est avant tout un lieu d'échanges et de partages sincères où chacun doit participer pour que tous puissent ensemble, construire et avancer. Il est demandé à chaque cordiste de venir régulièrement sur la cordée pour partager son vécu, ses idées, etc.


    Cette chaîne de l'amitié crée des liens uniques, basés sur la connaissance de l'autre, l'échange régulier et le plaisir de lire et d'écrire.

    L'APF compte plus de 900 cordistes réguliers. Pour répondre aux attentes des adeptes d'internet, de plus en plus nombreux, l'APF crée les cordées électroniques.

    Elles fonctionnent sur le même principe que les cordées épistolaires, mais vous permettent de communiquer en temps réel, simultanément avec tous les membres de la cordée et en toute confidentialité grâce à un mot de passe.


    Et la chaîne d'amitié se met en marche. Bonne et longue route parmi nous ! ...

    Au fil de l'eau,

    là où certains laissent couler goutte à goutte leurs larmes Jusqu'à faire gonfler cette rivière, Je me tiens le long d'un arbre, tortueux par les ans.

    Un formidable orage éclate

    Les éclairs zèbrent cette belle forêt

    La rivière gronde

    Je ferme les yeux, trempée, remplie d'un désir : partir.

    Une main ferme m'attrape et m'enveloppe dans un grand drap blanc.

    Je me laisse emporter sur mon nuage blanc.

    Je rêve ! les voix sont lointaines,

    Je suis bien, hors du temps,

    Là où plus rien ne vous atteint

    La seule chose qui apparaît, tout autour de moi.

    C'est un collier de coccinelles, qui chantent et me soulèvent, pour me ramener sur terre.

    Evelyne Maudet

    DSC05116.jpg

    Le site des Cordées:

    http://lescordees.blogs.apf.asso.fr/archive/2009/12/22/l-histoire-des-cordees.html

  • Carte blanche à Priscille Vincens, artiste peintre,

    Imprimer

    Comme pour chaque numéro d’été, le magazine Faire Face donne carte blanche à une personnalité. Après Marie Darrieussecq et Didier van Cauwelaert, c’est Priscille Vincens, artiste peintre qui livre ses coups de coeur artistiques dans les colonnes du magazine.

    Priscille Vincens est « née à 32 ans », le jour où à cause d’un grave accident elle se retrouve amputée de trois de ses membres. Au lieu de l’anéantir, cela la révèle à elle-même et elle devient ce qu’elle a toujours voulu être : artiste peintre.

     1377173372.jpg

    Priscille Vincens : une renaissance !

    « Je ne me suis jamais sentie aussi entière que depuis que je vis avec un corps incomplet. Jamais aussi heureuse que depuis que je suis handicapée » annonce d’emblée Priscille Vincens. Sa recette du bonheur ? « La vie est précieuse. Il faut se donner les moyens de bien la remplir. Ma philosophie ? Faites-vous plaisir ! »

    C’est au centre de rééducation de Valenton, dans le Val-de-Marne, entourée de jeunes gens habités par une rage de vivre qui lui manque, que le déclic se produit. Priscille Vincens se consacre enfin totalement à sa passion : la peinture.

    Inscrite dans un courant (l’expressionnisme sensualiste), elle expose en France et à l’étranger (galerie Synchronicity Fine Arts à New-York) et réalise également des performances artistiques en direct lors de concerts et de spectacles de danse.

     

     

     

    Ses choix artistiques

    Après un portfolio de 3 pages consacré aux œuvres de Priscille Vincens, le lecteur découvre Nicolas Stutzmann, conteur atypique et plasticien, et Ali Fekih, danseur, mime et chorégraphe par le biais d’une interview croisée. Le combat et l’engagement artistiques relient ces trois artistes qui plaident pour une société où l’art aurait davantage de place.